Viens partager ta passion pour l'écriture ! ~
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dream.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ad'mine Ecu' cherchez pas à comprendre, elle est folle XD

avatar
Alouna
Ad'mine Ecu' cherchez pas à comprendre, elle est folle XD


Féminin
Date de naissance : 09/06/1998
Age : 20
Messages : 962

MessageSujet: Dream.   Mer 11 Avr - 14:10

Lire d'abord le Spoiler:
 

Merci a toi Lulune ! (:
 


Dream



Chapter One
Rêves.


J'observais. Quoi ? L'aube. C'était magnifique. Ce mélange de jaune et de rouge, un contraste éblouissant qui annonçait l'arrivé du soleil. Je plissais les yeux pour que les rayons grandissants ne puissent m'aveugler. Les roches, tout autour de moi, luisaient, car les gouttes que la rosée du matin avaient déposé étaient toujours présentent sur la surface lisse, ce qui les faisaient briller de mille feux. Rien n'était plus beau que ce spectacle que la nature nous offrait chaque jour. Plus les minutes passaient, plus l'astre solaire venait réchauffer ma fourrure bicolore. Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais sentis aussi détendue.

C'est alors que j'entendis un petit cri strident. Je sortais immédiatement de mes pensées, pour voir devant mes yeux deux chatons qui se chamaillaient. Ils étaient si mignons, tous les deux, encore si insouciants de la vie qui les attendrait plus tard. Lorsque l'un d'eux s'arrêta de faire le fou et croisa mon regard ambre, il me sourit avec de grands yeux admiratifs. Je le lui rendit, amusée. C'est alors que je vis une forme plus grande sortir d'une tanière. Elégante, avec ses larges épaules, je ne voyais que les contours, mais je n'avais pas besoin de plus pour deviner l'émotion du matou qui marchait. Il se dirigea vers la marre non loin de là. Ah, l'amour. La plus belle chose que la terre est pu nous donner. Comment être heureux sans être amoureux ?

Une seconde forme émergea d'une tanière différente. Celle ci n'était autre que mon apprentie, Nuage Harmonieux, que notre chef, Eclipse Etoilée, venait à peine de baptiser. Elle était pleine de qualité et de bonne volonté, toujours prête à aider. C'était un vrai petit ange, et Sourire Furtif, mon compagnon, qui d'habitude n'aimait pas grand monde, surtout les enfants, l'aimait tout particulièrement. Les autres apprentis également, jouaient souvent avec elle, quoi que malgré son jeune âge, elle soit plus mature que certains. Je me dis ensuite qu'il fallait que je commence son entraînement, elle devait être impatiente.

Bonjour, Nuage Harmonieux, dis-je d'une voix douce. Serais-tu prête à commencer ton premier entraînement avec moi ?

Elle sembla soudain gênée. Je ne savais pas si je venais de prononcer une phrase qu'il aurait fallu ne pas dire, ou alors si c'était pour une autre raison. Ses yeux luisaient, mais je voyais bien qu'elle était mal à l'aise, car elle se balançait d'une patte sur l'autre. Elle m'annonça donc qu'elle en aurait été plus que ravie, mais que Mélodie Argentée l'avait déjà invité à venir chasser avec elle. Je ne fus pas du tout déçue ou furieuse contre elle, comme elle le redoutait, mais plutôt soulagée. Je savais que le clan passait avant tout, surtout lorsqu'on est lieutenante comme moi, mais j'avais une folle envie d'aller courir dans les grandes prairies, seule et libre avec mes pensées.

Elle repartie donc dans la direction opposée, rejoindre la chatte couleur argent qui lui avait généreusement proposé de l'accompagner dans la forêt. Notre meneur, était à la tête d'un clan fort et sans défauts. Nous avions de valeureux guerriers, ainsi que des apprentis qui s'entraînaient dur pour ressembler en tout point à leur mentor. Des reines qui faisaient de magnifiques chatons dynamiques en abondance. Un clan que tout le monde envierait de mener, sans aucun doute. Et j'étais également très fière et heureuse d'être sa lieutenante.


Chapter Two
Magie.


Je sortis de nouveau de mes pensées. Le soleil continuait sa route vers le ciel d'un bleu limpide tandis que je me levais et me dirigeais vers la sortie du camp. Je me faufilais entre les ronces qui fortifiaient l'entrée de la clairière, laissant au passage quelques unes de mes touffes noires et blanches sur leurs épines. Une fois au dehors, je pus respirer à grandes inspirations l'air pur. Je trottinais pendant environ un kilomètre avant de découvrir un grand champ de coquelicots, juste devant moi. Toutes ces fleurs rouges qui se balançaient doucement au rythme de la brise, c'était presque que comme dans un rêve.

Je mis une patte devant l'autre pour avancer jusqu'à ce que les hautes herbes viennent me chatouiller les coussinets. Je sentais le doux parfum des fleurs m'enivrer, et quelques papillons vinrent tournoyer au dessus de ma tête. Ils étaient multicolores, superbes, magiques. Je m'asseyais. Fermait les yeux. Prenait une grande inspiration. Et me laissait tomber sur le sol, laissant divaguer mes pensées dans ce vaste monde qui était le mien. Rien qu'a moi, où je pouvais réfléchir, rire ou pleurer en silence, revivre mes souvenirs les plus lointains. Chacun était maître de son esprit, et je m'endormis pour m'évader dans des rêves étranges.

Lorsque je rouvris les yeux, je ne vis que le ciel. Il était devenu d'un noir de jais, mais était tapissé d'un millier d'étoiles, ce qui le rendait magique. Je me frottais les yeux, me demandant encore où je me trouvais. J'avais tout oublié de mes rêves que je venais de faire. Mais quelque chose me pesait sur le coeur. J'ignore de quoi il s'agit, mais ce que je sais, c'est que c'est dur à porter. Lorsque je me levais, je vis la prairie sous un autre angle. Eclairée par la lune qui étincelait, un éclat dorée ressortait des fleurs autrefois rouges vifs. Malheureusement, les papillons s'étaient éteints. Au loin, un hululement de chouette parvint à mes oreille. Je frissonnais. Il était tant que je rentre.

Je me mis à marcher d'un pas lent, me demandant toujours ce qui avait bien pu se passer pendant toute cette journée. J'avais les yeux encore mis clos, et les membres tout endoloris, lorsque j'entendis un craquement. Je sursautais, soudain totalement éveillée, mes sens en alerte. J'avais rejoint la forêt, et il m'était plus dur, dans la nuit noire, de distinguer le vrai du faux. Je cherchais du regard quelque chose en mouvement. Je levais la truffe, intriguée. Je sentis une odeur qui me semblait familière, mais je ne sus reconnaître le membre en particulier. Je lançais donc d'une voix forte mais méfiante :

Qui est là ?

Pas de réponse. Alors que je regardais alentour, mon regard se posa sur des traces de pattes encore fraîches dans le sol boueux. Je les suivis, mais remarquais avec déception qu'elles s'arrêtaient au niveau d'un buisson d'aubépines. Ce ne pouvait pas être ça, mais malgré tout, je persistais à le croire, car l'odeur était dans ces environs plus intense. Mis à part le vent qui bruissait dans la cime des arbres et faisait frémir leurs feuilles vertes, personne ne vint. Un oiseau piailla avant de s'envoler en toute hâte, comme effrayé par quelque chose. Ceci éveilla mon attention. C'est alors qu'une ombre émergea du buisson pour venir se poster devant moi.

Je sursautais. J'avais l'impression de me voir dans un miroir. Dans le sexe opposé. Le matou qui était debout, était noir et blanc, avec de magnifiques yeux ambrés, profonds, tout comme moi. Cette étrange ressemblance me troubla. Mais je remarquais que sa fourrure bicolore étincelait. Comme si de petites poussières s'étaient déposées sur son pelage. Il ressemblait tant à nos Ancêtres défunts, qui s'enfuyaient avec le clan des Etoiles. Serait-il l'un des leurs ? Je l'ignorais, mais la question me démangeait tant que je me dandinais d'une patte sur l'autre. Je ne pus m'empêcher de lui demander :

Etes vous du clan des Etoiles ?

Sans même me quitter des yeux, il me fit un signe affirmatif de la tête. Je ne pouvais soutenir son regard magistralement dur et intense, je baissais donc le mien pour observer le sol, ne sachant que faire ni que dire devant un être aussi important que lui, me demandant surtout ce qu'il faisait là. Mais j'essayais surtout de me convaincre d'une chose, tout en ravalant l'envie de fondre en sanglots. Je tentais vainement de me convaincre que ce n'était qu'une foule de souvenirs qui me revenaient à l'esprit, et une simple coïncidence que nous nous ressemblions autant. Non, ce n'était pas possible. Je n'arrivais pas à les refouler.


Chapter Three
Retrouvailles.


* C'est impossible, pensais-je. *

Et voilà que je me faisais honte devant un membre du clan que je respectais le plus. Mais comment ne pas y penser, comment ne pas s'imaginer que ce ne pouvait être lui ? L'espoir fait vivre, disait on, alors, pourquoi n'aurais-je pas le droit d'espérer enfin retrouver le membre de ma famille qui m'avait le plus manquer pendant ma jeunesse ? C'était si dur, et ça l'avait été pendant toute ma vie, malgré que je ne sois pas très vieille, lui qui normalement aurait du être à mes côtés pour me soutenir, m'aider, m'aimer... Je vis un petit museau venir vers moi et me relever la tête pour m'offrir un sourire qui révélait tout. Je sus alors à cet instant que je pourrais pleurer en toute liberté.

Papa, hurlais-je de joie, lui sautant dessus, sûre que rien ne pourrait plus jamais me séparer de lui.

Je reniflais. Je sanglotais. Je souriais. Comment ne pas être si heureuse lorsqu'enfin, après dix huit lunes à vivre sans l'amour que votre père est censé vous porter ? Même si j'étais trop vieille pour pleurer comme un apprenti pathétique, devant lui, je n'avais plus honte de rien. Il m'avait tant manqué qu'une symphonie mélodieuse régnait entre nous deux, car ses yeux aussi, brillaient, tant la joie le poussait à pleurer avec moi. Ma mère m'avait toujours dit que j'avais hérité du caractère serein et combatif de mon père. Mais également de sa sensibilité. Je pouvais maintenant le confirmer par moi même. Que c'était bon de pouvoir sentir sa fourrure réconfortante contre la mienne. De sentir son souffle chaud tout contre mon coeur.

Viens, me dit-il doucement, je voudrais t'emmener quelque part.

Je le suivis sans protester, essuyant mes joues trempées. Une fois la forêt passée et traversée, nous nous mirent à courir, côte à côte, pelage contre pelage, ébouriffés par la brise de la nuit. Après environ une petite heure de bonheur absolu, libéré de toute emprise, nous arrivâmes dans un endroit totalement magique. Un grande allée tapissée de feuilles mortes, et tracée par de grands Erables. Cet endroit était très romantique, et je le reconnus du premier coup d'oeil. C'est là que mon père et ma mère ce sont rencontrés, bien avant la naissance de mon frère et moi. Larmes Eternelles, car tel était son nom, me regardait avec un soupçon de fierté au fond des yeux.

Voilà,dit-il d'une voix claire, c'est ici qu'avec ta mère, nous nous promenions souvent. Nous en sommes tombés amoureux. J'ai souvent vu ta mère te la raconter, et t'entendre demander de voir cet endroit. Et bien le voilà.


Chapter Four
Rencontre.


J'écarquillais les yeux, éblouie. Il était vrai que, plus jeune, alors que je n'étais encore qu'un chaton, ma mère me racontait souvent cet événement, et chaque fois qu'elle le terminait par la mort tragique de mon père, je lui demandais où se trouvait cet endroit. Elle n'avait jamais osé me le révéler. Ce qui c'était réellement passé était accablant. J'avais été traumatisé à vie suite à cet événement concernant Boule de Suie. J'avais perdu mon frère alors que je n'avais que cinq lunes. Lors d'un orage, un feu avait été déclenché, et nous nous étions tous dirigés vers la Rivière. Tout le clan était pris dans une peur panique, essayait de sauver les Chatons, et les Anciens.

Alors que ma mère, Mélodie Enflammée, tentait vainement de nous retrouver dans les flammes, je réussis à me dégager des ronces de la Pouponnière, et à m'enfuir avec mon frère sur les talons. Mais la foudre frappa une branche, qui s'écroula sur Boule de Suie. Je fis immédiatement demi tour pour l'aider, alors qu'il était inconscient. Mais, le feu se rapprochait malgré le vent qui soufflait en sens inverse qui était censé le repousser, et ma mère dû m'arracher à mes pleurs... J'allais jusqu'à planter mes griffes dans la fourrure de mon frère chéri pour l'obliger à venir avec moi.

Désespérée, je dû lâcher prise, car ma mère me tirait par la queue, car les flammes n'étaient plus qu'a quelques mètres d'eux, et la chaleur chauffait déjà nos pelages. Pleurant, hurlant, ma mère dû me prendre par la peau du cou pour me tirer à temps jusqu'à la rivière avant que nous ne brûlions carbonisées. Les jours qui s'ensuivirent, je ne fis que pleurer la mort de mon frère adoré. Je ne voulais pas l'accepter. J'était retourner sur les lieus avec ma famille, mais il n'y restait que des cendres. Mais, malgré mon jeune âge lors de l'incident, je n'oublierais jamais cet événement. Mon père, à cette époque là, était déjà parmi le clan des Etoiles. Mais j'étais persuadée que depuis la Toison Argentée, il avait observé cette scène tragique, le coeur serré.


Chapter Five
Fais un voeu.


Le regard de Larmes Eternelles était empli de tristesse, malgré son calme absolu. Car nous savions aussi bien l'un que l'autre qu'il fallait nous séparer. Le chagrin, qui jusqu'à présent était resté caché dans mon ventre, se mit à remonter pour venir se loger dans ma gorge, en une sorte de boule oppressante, avant de continuer son ascension vers mes yeux, pour sortir sous forme de larmes brillantes glissant sur mes joues. Puis, il s'approcha de moi, et frotta son museau gris argent contre le mien, avec une affection sans limite. Il me dit doucement à l'oreille, la chose la plus intime :

Fais un voeu, murmura-t-il d'une voix à peine audible.

Ma mère me le répétait sans arrêt. Chaque fois qu'elle me racontait son histoire, je fermais les yeux pour que tout redevienne comme avant. Je fis de même aujourd'hui espérant de tout coeur que cela se produise réellement. Mais, lorsque je les rouvris, une pluie d'étoiles voletait avec légèreté autour de moi. Je levais les yeux au ciel, juste à temps pour apercevoir une étoile filante. Je souris, les larmes dégoulinant toujours sur mon visage. Il fallait que je rentre maintenant. Mais, lorsque je tournais la tête, je n'étais plus dans la forêt d'érables, mais où l'histoire avait commencé.

Devant ma tanière, dans la même position, alors que l'aube se levait pour la seconde fois devant moi, majestueuse. Deux étoiles subsistaient encore à la lumière grandissante. Je fis un dernier voeu, de bonheur, lorsqu'elle disparurent pour de bon dans le ciel redevenu bleu clair. Malgré que mon père est été obliger de retourner parmi ses confrères du clan des Etoiles, j'étais heureuse. Heureuse de l'avoir rencontré, heureuse qu'il m'ait accordé cet amour, pendant ces instants si intense, heureuse qu'il veille sur moi. Et je me rendis compte que le poids que je portait jusqu'à maintenant sur le coeur, venait de s'apaiser, jusqu'à ne plus du tout se faire sentir, alors qu'avant la rencontre avec mon père, il me faisait cambré sous le poids de la douleur... C'est alors que dans un souffle, une voix familière murmura dans le vent :

Je t'aime, Aile de Désir...

_________________






Beau (:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lifediscussion-fow.forumgratuit.org/
 

Dream.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I had a dream!
» [HTC DREAM] Le Dream en détails.
» perfect ou dream ? les pandora
» Mon Ascaso Dream est arrivée... Joyeux Noël à tous !!!!
» [FUN] A dream whithin a dream!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Write Your Life :: .Le Quotidien :: Struggle for pleasure. Ecunou paradise.-